Le nouveau système du coroner nécessitera deux personnes pour vérifier la cause du décès

La plus grande révision du système du coroner en Angleterre et au Pays de Galles depuis 200 ans Le nouveau système de certificats de décès en deux étapes vise à combler les lacunes qui ont permis au général Harold Shipman de dissimuler le meurtre de plus de 200 patients. Les réformes du système des coroners entraîneront une modification du nombre de coroners de 127 à temps plein et à temps partiel à 40 à 60 à temps plein, tous qualifiés sur le plan juridique. Dans chaque région du coroner, un médecin examinateur jouera un rôle clé dans la vérification de la cause des décès. Dans le nouveau système, un médecin, un infirmier ou un infirmier en chef vérifiera le décès et remplira un formulaire de vérification. Le médecin qui a traité la personne décédée dans un passé immédiat délivre alors un certificat de la cause médicale du décès. Après cela, le médecin examinateur cherchera des informations factuelles pertinentes auprès de la famille et ailleurs pour confirmer la cause du décès et autoriser l’inhumation ou la crémation, sans avoir à référer le décès au coroner. Le fait que le certificat sera soumis à fermer un examen subséquent par un professionnel de la santé ” aidera à dissuader “ négligent ou malhonnête ” Le ministre du Bureau de la maison-mère, Paul Goggins, a déclaré: «Un médecin ne pourrait plus signer un certificat de décès qui permettrait à quelqu’un d’être enterré sans autre examen dans le système athérome. ” Il a ajouté: “ Un système efficace de certification et d’enquête sur la mort est un élément essentiel de la société civile. Il est essentiel pour un système moderne de surveillance de la santé publique ainsi que pour la détection de circonstances suspectes ou d’erreurs médicales. Ces propositions sont une étape importante vers le rétablissement de la confiance du public et la construction d’un meilleur système d’enquête sur les décès. Les réformes, qui vont mettre en place un coroner national sous la direction d’un coroner en chef qui aura un conseiller médical, trois ans à mettre en œuvre. Les coroners auront de nouveaux pouvoirs pour saisir des documents dans des lieux tels que les cabinets médicaux et les hôpitaux pour enquêter sur les circonstances d’un décès. Ils continueront à avoir le pouvoir de retenir tout tissu ou organe nécessaire pour établir la cause du décès, mais de nouvelles règles régiront la durée de conservation des échantillons.